Lectures 2015

Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Vite, je suis en retard ! Comme le lapin d’Alice terriblement en retard !
Je m’étais promis de publier un petit résumé sur mes lectures au fur et à mesure et voilà que la fin d’année pointe son nez …. Mon dernier billet date de juin !
Avec ce petit coup d’oeil en arrière, je me rends compte que j’ai plutôt pas mal lu cette année. 23 volumes en tout avec quelques jolies découvertes…

Les suprêmes – Edward Kelsey Moore
Ce livre raconte l’histoire de trois amies, trois femmes, trois complices tout au long de leur vie. Aujourd’hui quinquagénaires, le récit est vu sous l’angle des unes ou des autres, mêlant passé et présent. Elles ont toutes une personnalité différente, leur histoire est singulière et en même temps banale. Leur adolescence  s’est passé dans les années 50, dans le milieu black dans le sud des Etats-unis, mais ce n’est pas le plus important… Leur vie n’a pas toujours été rose, mais elles ont toujours été présentes les unes pour les autres dans les grands et les petits moments. Ce livre parle d’amitié et d’amour mais il parle aussi de la souffrance, de la maladie, de la perte d’un être cher… Jamais négatifs, tout est abordé sous l’angle de l’humour (sans tomber dans le burlesque!). C’est fin, c’est touchant, c’est drôle parfois mais aussi très triste… Je pense que beaucoup de femmes peuvent se retrouver dans les trois portraits, j’ai beaucoup aimé cette manière d’aborder ces différents sujets, par petites touches, brossées qui amène peu à peu de l’épaisseur aux personnages et au récit.

S_WATERS

Un été à Pont-Aven – Jean-Luc Bannalec
Assez loin de mes lectures habituelles j’ai eu envie d’un livre léger pour démarrer les vacances d’été et j’ai aimé suivre l’enquête du commissaire Dupin. C’est un commissaire taciturne qui a été envoyé en province parce qu’il n’en fait qu’à sa tête. Il va devoir découvrir au plus vite qui a assassiné le propriétaire d’un célèbre hôtel de Pont-Aven.
Très savoureux quand on connait le Finistère Sud, j’ai lu cette première enquête car il est prévu un autre volume sur les terres guérandaises et je pense que cela va être amusant.
C’est bien ficelé mais cela ne me laissera pas un souvenir inoubliable.
L’auteur (Jörg Bong) d’origine allemande et finistérien d’adoption. Il a écrit sous le pseudonyme de Banalec et a vendu plus de 250 000 exemplaires en Allemagne des aventures de Dupin. Parfait pour lire à la plage !

Derrière la porte – Sarah Waters
Frances, presque « vieille fille » vit à Londres juste après la guerre. Elle occupe avec sa mère une maison trop grande témoin cadre d’une vie aisée mais passée. La mère se cramponne aux convenances et habitudes de la vie d’avant, tandis que la fille fait tant bien que mal vivre la maisonnée en pestant contre son père si peu prévoyant et qui a ruiné la famille avant de mourir.
Pour améliorer le quotidien elles décident de louer une partie des pièces de l’étage à un jeune couple (Lilian et Lil). La vie va s’installer, entre promiscuité et curiosité. L’amitié entre Lilian et Frances va peut à peut se transformer en torride liaison. Le début du livre est plutôt classique mais va basculer et de banal histoire d’amour finira en enquête policière pleine de rebondissement…
C’est un gros pavé et j’ai réussi à le finir parce que j’étais en vacances. J’avoue qu’il y a des parties qui m’ont un peu ennuyées. Je n’ai pas été transportée par l’enquête et le dénouement.

IMG_1739

Les oreilles de Buster – Maria Ernestam
J’ai acheté ce livre au hasard après avoir lu la 4e de couverture : « J’avais sept ans quand j’ai décidé de tuer ma mère. Et dis-sept ans quand j’ai finalement mis mon projet à exécution »… Quel programme ! Ce livre est le journal intime d’Eva qui a reçu ce carnet vierge pour ses 56 ans. Elle y raconte sa vie, ses souvenirs et la difficulté de vivre avec son passé. J’ai tout de suite accroché au rythme et à l’histoire. C’est plein de rebondissement et de suspens. Je ne peux que le conseiller !

La note secrète – Marta Morazzoni
Un roman inspiré d’un fait réel. Une jeune aristocrate enfermée contre son gré dans un convent milanais qui se découvre un don pour le chant. Cette voix extraordinaire va attirer les foules d’amateurs dans l’église Sainte-Radegonde et toucher un diplomate anglais qui va tomber éperdument amoureux de la none. Elle va réussir à s’enfuir du couvent et basculer dans la vie.
L’auteur s’adresse au lecteur, lui livre son cheminement dans la narration puis revient à l’histoire et au roman… ce mélange m’a un peu gêné … une sorte d’histoire dans l’histoire… Ce mélange entre faits historiques et fiction n’est pas vraiment à mon goût mais la lecture de ce livre fait quand même passer un bon moment.

Prête à tout – Joyce Maynard
Suzanne est belle, jeune, volontaire. Elle veut que tout soit parfait, elle veut être parfaite et célèbre comme dans les histoires.
Son mari est fou amoureux d’elle et se plie à toutes ces volontés. Mais elle veut toujours plus et n’est jamais satisfaite. Quand son mari est retrouvé mort, elle devient le point de mire des caméras.
Jamais dans la caricature, on suit l’évolution de Suzanne, manipulatrice, exigeante jusqu’à la folie… Le roman alterne les témoignages des différents personnages de l’histoire et leur point de vue à la manière d’une interview.
Cette histoire fait littéralement froid dans le dos. J’ai adoré !

IMG_1736

Le garçon qui voyait des démons – Carolyn Jess-Cook
Ce livre parle de schizophrénie. C’est l’histoire d’Alex, dix ans qui vit avec sa mère suicidaire et qui voit des monstres. Mais c’est aussi l’histoire de son médecin, Anya qui a perdu sa fille qui souffrait elle aussi de cette maladie. Les deux histoires se croisent et on vit dans la tête d’Alex ses rencontres effrayantes avec son monstre. Le processus de soin se met en place et le doute s’installe… Ce monstre est-il vraiment une hallucination ? Petit livre captivant et très attachant. Conseillée par ma dealeuse de bons bouquins madame souslaglycyne…

Un jour glacé en enfer – Anne B. Ragde
Après la trilogie des Neshov, j’ai eu envie de découvrir un autre roman de cet auteur. On retrouve dans celui-ci cette ambiance froide, glacée et austère d’un milieu rude et difficile.
On ne saura pas ce quelle est venue faire chez cet éleveur de chien de traineau qui vit sans confort dans cette bicoque dans la forêt. Le désir qu’elle a de lui est plus fort que tout, plus fort que l’humiliation, la crasse et la brutalité.
Les rapports humains, les non-dits, la peur, l’estime de soi… Tout est croqué à grands traits et cela fait penser à un synopsis de BD. C’est très spécial mais très franchement à lire !

IMG_1306

Rebecca – Daphné du Maurier
Je connaissais ce « classique » que je n’avais pas encore lu. Quand je l’ai découvert chez mon libraire dans une nouvelle traduction il m’a semblé que c’était le moment…
Et quel moment ! J’ai tout aimé dans ce roman. L’intrigue, l’atmosphère, les personnages, les portraits, les rebondissements, les descriptions…. Surtout les description, tout est ciselé, comme une peinture… les images viennent, les odeurs, les couleurs. On prend le thé avec Maxime sur la terrasse, on vagabonde sur les chemins du domaine le chien sur les talons. On a le coeur qui bat quand l’histoire arrive dans son dénouement et on referme ce livre avec regrets…
Incontestablement mon coup de coeur de l’année !

Sunset Park – Paul Auster
Pendant la crise financière de 2008 Miles collectionne les photos d’objets oubliés dans des maisons désertées par leurs occupants qui n’ont plus les moyens de payer leurs créanciers. Son boulot c’est de vider les maisons.
Ce jeune homme est discret. Il se sent coupable de la mort accidentelle de son demi-frère et à tout quitté (famille, études, milieu intellectuel new yorkais…).
Il enchaine les petits boulots. Il rencontre une jeune fille et tombe follement amoureux d’elle. Elle est pourtant mineur et il doit faire attention. Quand la soeur ainée menace de le dénoncer il préfère partir à New York retrouver des amis qui vivent dans un squat. Un garçon ami depuis l’enfance et deux jeunes femmes. Ils sont tous un peu à la marge pour des raisons différentes et leur portrait est brossé dans des parties distinctes. Les personnages sont touchants, chacun avec leurs particularités.
De retour à New York il va essayer de reconstruire un présent avec son père et un avenir pour lui.
J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre mais je suis un peu déçue par la fin, j’ai été surprise que l’histoire se termine si vite…

Grande salade façon bo bun

Mots-clefs

, , , , ,

Voilà une recette inspirée du bo bun. Elle n’a vraiment pas la prétention d’être traditionnelle, mais j’aime ce mélange de crudités et de nouilles de riz et elle est parfaite pour le soir. Dans les restaurants, il est souvent servi sur le dessus une part de boeuf sauté aux oignons.

Salade bo bun

Pour 2 grands bols : 1/2 poivron rouge, 1 carotte, 1 petit bol de pousses d’haricot mungo, 5 feuilles de chou chinois, 100 g de nouilles de riz, 2 branches des menthe et quelques branches de coriandre, 1 c. à soupe d’arachides non salées.
Pour servir : 6 petits nems.
Pour la sauce : 1 c. à soupe de vinaigre de riz, 1 c. à soupe d’huile de sésame, 1/2 jus de citron vert.
(Pour info, sauf les nems, tous les ingrédients proviennent de biocoop).

Cuire 30 secondes les pousses de haricots mungo, dans une casserole d’eau bouillante salée et vinaigrée. Egoutter et laisser refroidir.
Cuire les nouilles de riz selon les instructions de l’emballage.
Faire dorer à la poêle sans matière grasse les arachides. Réserver et  hacher grossièrement au couteau.
Eplucher et râper la carotte. Couper en petits bâtonnets le poivron et la partie blanche du chou chinois. Ciseler les feuilles.
Fouetter ensemble tous les ingrédients de la sauce.

IMG_1337

Répartir le mélange de crudités dans un bol. Ajouter les pâtes, les herbes fraîches ciselées puis les arachides concassées. Arroser avec une cuillère de sauce et déguster aussitôt avec des nems.

IMG_1342

Tapas : les minis poivrons pour l’apéro

Mots-clefs

, , , , , ,

A chaque période, il y a des recettes top qui reviennent plus souvent dans les menus de la semaine… Cet été, et même déjà l’été dernier, c’était les poivrons farcis ! J’ai fait des farces à la viande ou sans, et surtout, je vais en faire un gros plat pour les mettre au congélateur…

Depuis quelque temps, on trouve des calibres minis… Ils sont si jolis les minis poivrons, il y en a de toutes les couleurs, et hop, j’en glisse quelques-uns dans mon panier !
Oui, mais j’en fait quoi ? Ce n’est pas bien gros et c’est dommage de les découper en petits morceaux… Voilà une farce rapide qui vous donnera de jolis poivrons bien dorés et délicieux chauds ou froids à l’apéro ou dans une assiette de tapas…

Mini poivrons

Difficile de donner des quantités fiables avec les farces ! personnellement j’en fait toujours trop… pour vous donner un ordre d’idée, j’ai farci environ 8 poivrons avec la farce suivante : 1/2 pot de ricotta, 1 oeuf, 2/3 c. à soupe de parmesan fraîchement râpé, 2/3 c. à soupe d’herbes fraiches mélangées (marjolaine, basilic, menthe… ce que vous avez sous la main…) et hachées. Sel et poivre.
Couper les poivrons en deux en gardant la queue et enlever les graines. Garnir avec la farce et les ranger dans un plat allant au four et arroser le tout d’un filet d’huile d’olive.
Cuisson : environ 30 minutes th. 6.
On peut faire la même farce pour des gros poivrons, c’est également délicieux avec une bonne salade verte.

Si vous n’avez pas de ricotta, cela marche également très bien avec du cottage cheese ou de la faisselle égouttée…

Légumes d’été au four

Mots-clefs

, , , , , , , , ,

La recette de légumes parfaite pour accompagner des grillades. C’est rapide et tout cuit tranquillement pendant que vous prenez l’apéro…

IMG_9548

Utiliser la ou les grandes plaques du four recouverte de papier sulfurisé. Ensuite, tailler les légumes en rondelles, en dés, en lanières selon votre envie. Il faut juste que tout soit de taille assez semblable pour que la cuisson soit homogène. Saler, poivrer et parsemer généreusement d’herbes fraîches ou sèches (origan, thym, basilic…). Arroser d’huile d’olive (pas besoin d’en mettre une tonne) et mettre au four th. 5/6 pour environ 40 minutes. On peut laisser plus ou moins longtemps, il faut quand même surveiller de temps en temps.
On peut laisser les légumes séparés mais parfois, j’aime bien aussi tout mélanger.

IMG_9551

On peut sans problème faire deux plaques (dans ce cas la cuisson sera plus longue), le lendemain, on a un repas tout prêt… On dispose le reste de légumes sur des tartines frottées à l’ail puis on ajoute dessus le fromage que l’on préfère et hop, 15 minutes au four… C’est également délicieux dans un croque monsieur ou un sandwich…

IMG_9552

Chili con carne pour grandes tablées !

Mots-clefs

, , , ,

Les vacances approchent et mon souci quotidien est de faire à manger tous les jours pour la famille. J’essaie de faire plaisir à tout le monde, de proposer des menus équilibrés et surtout de ne pas passer ma journée en cuisine ! Nous sommes en général 5 personnes à table mais selon les périodes, on peut monter facilement à 8 voire 10 !
J’ai des « voisins » sous le tilleul qui partagent leur recettes de vacances, n’hésitez pas à leur rendre visite pour y trouver de bonnes idées…

Il y a quelques plats qui reviennent régulièrement pour les grandes tablées, et c’est le cas du chili. C’est un plat qui se prépare facilement à l’avance, c’est complet, généreux, et c’est même plutôt meilleur réchauffé !
J’aime le faire façon tex-mex car on peut l’agrémenter facilement : guacamole, quesadillas au fromage, chips de maïs. Si des visiteurs arrivent à l’improviste, on peut même servir du riz en accompagnement.

chili

Pour 4 à 6 personnes : 400 à 500 g de haricots rouges secs, 400 g de steak haché, 700 ml de passata (ou 2 boites de tomates concassées), 2 c. à soupe de concentré de tomate, 1 bouquet garni, 1 gros oignon, sel, poivre, piment d’Espelette, persil plat pour servir.

La veille faire tremper les haricots rouges dans un grand saladier d’eau. Ils vont doubler de volume.
Dans une grande cocotte, faire dorer l’oignon haché dans un peu d’huile. Ajouter le bouquet garni et la gousse d’ail écrasée et dégermée. Saler, poivrer.
Ajouter la passata et le même volume en eau puis les haricots égouttés. Laisser cuire à couvert et à feu doux pendant environ 45 minutes à 1h. Il faut que les haricots commencent à être tendre mais en restant ferme. La cuisson peut être plus ou moins longue, cela dépend des haricots ! Il faudra peut-être rajouter un peu d’eau, dans ce cas, il est préférable d’ajouter aussi une ou deux cuillères à soupe de concentré de tomate.
Ajouter alors la viande hachée, le piment d’Espelette et rectifier l’assaisonnement à votre goût. Cuire encore une quinzaine de minutes et service parsemé de persil plat haché.

Pour servir : quesadillas au fromage, guacamole, cheddar râpé et crème fraîche.

Rillettes de lapin

Mots-clefs

, , ,

Une recette délicieuse testée et approuvée il y a déjà un petit moment !
Assez légère, ces petites rillettes seront parfaites pour un pique-nique ou un buffet. Elles se préparent à l’avance, c’est franchement facile à faire et plutôt bon.
La recette est sur le site de Elle à table. Je n’y ai rien changé, c’était juste parfait avec les salicornes de ma région…

rillettes de lapin

Lectures de printemps

Mots-clefs

, ,

Petit partage de mes dernières lectures de printemps… Il est temps, la liste commence a s’étoffer ! Peut-être des idées pour les vacances, voici quelques volumes à glisser dans vos bagages…

IMG_8792

Bad girl – Nancy Huston
Un livre étrange… pas facile. La petite voix qui raconte l’histoire est celle d’une petite fille encore à l’étape de sa vie intra-utérine…
Toutes les questions se posent, avoir ou ne pas avoir été désiré ? Avoir une maman qui fait tout pour se débarrasser de cet encombrant fardeau… Et pourtant, tenir, vivre et forcément être une mauvaise fille. En parallèle, l’histoire des parents de ce bébé à venir. Leurs souhaits, leurs choix d’adultes. Le choix de vivre avec ou sans ces enfants, le choix de la carrière, la souffrance, les non-dits…
Cette histoire est l’histoire de l’auteur. On comprend avec justesse sa démarche et son évolution dans sa carrière d’écrivain. Les thèmes récurrents et aussi l’écho à certains romans.
Fragilité, déchirure… difficile de décrire tous les sentiments que m’ont inspiré ce livre. Je crois qu’il faudra d’ailleurs que je le relise, une seule lecture ne saurait être suffisante…

Mentir n’est pax trahir – Angela Huth
J’avoue avoir été en premier lieu attirée par ce titre qui laisse imaginer tout un programme ! J’ai adoré d’autres livres de cet auteur (Les filles de Hallows farm, et en particulier Souviens toi de Hallows farm…), j’étais donc curieuse de découvrir ce nouveau roman.
Le personnage principal, Gladwyn Suter, est un homme qui a réussi dans la vie et il a tout pour être heureux. Un travail lucratif, une femme amoureuse et un enfant. Ce bel équilibre est ébranlé par une rencontre de hasard avec une jeune femme qui fait une chute de bicyclette. Gladwyn est aussitôt sous le charme et se retrouve assez vite empêtré dans une double vie… C’est ciselé, bien souvent cruel, les situations s’enchaînent avec bonheur et le dénouement finalement plein de rebondissements.
J’ai beaucoup aimé cette fausse banalité, l’écriture simple mais précise. On lit comme on respire ! Cela m’a fait un peu penser à certains romans de Barbara Pym, autre auteur que j’aime également beaucoup.

Le manoir de Tyneford – Natasha Solomons
Elise est une jeune autrichienne juive qui vit à Vienne, pendant la montée du nazisme, dans un milieu aisé d’artistes et d’intellectuels. La vie devient de plus en plus difficile et ses parents font en sorte qu’elle se fasse embaucher comme femme de chambre dans un petit château anglais.
La jeune femme est effondrée à l’idée d’être loin de sa famille. Elle qui a été gâtée et choyée depuis toujours par son entourage, elle se retrouve confrontée à la difficile vie de domestique…
Mais la vie en Angleterre lui réserve bien des surprises et en suivant ses aventures on passe un très agréable moment. Ce livre avait était conseillé par Zimbo, il m’a fait passer un très bon moment. Une histoire romanesque so british !

L’arrière-saison – Philippe Besson
J’étais plutôt emballée par l’idée de ce livre qui raconte l’histoire des personnages du célèbre tableau de Hopper Nighthawks.
En fait j’ai été déçue. Même déception que les adaptations cinématographiques des bons livres que j’ai aimé… Ce tableau je l’aime beaucoup, j’ai même une reproduction sur les murs de notre chambre. L’histoire de ces personnages je l’ai dans la tête, pas précisément mais j’ai l’impression de la ressentir et l’histoire que m’a raconté l’auteur n’est pas la mienne. Par ailleurs, j’ai trouvé des détails complètement à côté d ela plaque, que viennent faire les téléphones portables dans cette histoire ? bref, je suis restée sur ma faim, mais mon envie de découvrir Cap Cod est intact !

IMG_8794

 

La trilogie des Neshov – Anne B. RAGDE
La terre des mensonges, La ferme des Neshov, L’héritage impossible
Le premier chapitre de cette trilogie m’a complètement scotché. C’est noir, c’est glauque taillé au scalpel mais cela accroche !
On a l’impression d’être dans une série suédoise ou danoise, les images viennent très vite presque une ambiance de polar dans une saga familiale. Les chapitres s’enchainent, chacune avec la vie d’une des personnages de la famille Neshov. Les trois frères et les secrets de famille, la fille de l’un d’eux. Leur vie est extrêmement différente mais leur histoire les rassembles. C’est très grinçant et acide mais souvent drôle… Le rythme fonctionne bien et l’histoire pleine de rebondissement.
J’ai juste été un peu désappointée par la fin… Mais je ne vais pas la vous raconter !
Ce livre a été conseillé sur le fil Instagram de Marie « Sous la Glycine« , et je vous les conseil à mon tour, parfait pour les vacances…

Quelques jours en Toscane

Mots-clefs

, , , ,

La Toscane m’a toujours fait rêver et je suis heureuse d’avoir eu la chance de la découvrir au printemps. La campagne est verdoyante, les colzas, les lilas et les glycines épanouies ! Les palettes de couleurs sont exceptionnelles !
Nous avons adoré, flâner dans les petits villages, l’accueil est presque toujours cordial dans les boutiques, les restaurants et nous avons pleinement profité de la douceur de vivre…
J’adore la cuisine italienne et j’avoue avoir été comblée lors de notre petit séjour. Nous avons dégusté des choses variées et très savoureuses dans des petits restaurants sans prétention, pour un prix correct et un accueil toujours au top !

Voilà quelques bonnes adresses que j’ai envie de partager…

Première soirée à Pise et avec le voyage nous étions un peu fatigués. Nous n’avons pas cherché compliqué et trouvé une adresse de pizzeria qui avait l’air plutôt plébiscitée.
L’endroit est plutôt classique (un peu cantine de quartier) et si vous cherchez de la déco moderne, passez votre chemin. En revanche, ambiance locale et bon enfant et un repas au top avec des antipastis généreux et des pizzas excellentes…

Pise Pise1

Pizzeria Martino – Piazza del Crocifisso, 4 – Pisa

Arezzo

Deuxième nuit à Arezzo. Ambiance très festive sur la grande place où se tenait une manifestation autour du terroir de la région. Après avoir bavé devant les stands de grillades et divers produits locaux, la musique tonitruante nous a fait reculer vers des rues plus clames. Nous avons choisi un peu au hasard une petite Osteria qui semblait sympathique ! Quel régal !
Antipasti de courgettes à la roquette et truffe blanche, pavé de boeuf juste parfait aux truffes aussi s’il vous plaît, pâtes au safran… Bref, une cuisine fraîche et très agréable !

Arezzo1

Osteria Il Grottino – Via Madona del Prato 1, Arezzo

Pour la fin de notre séjour, j’ai réservé une maison dans la campagne siennoise. Idéalement située dans un cadre enchanteur, nous avons pu profiter de déjeuner et apéros au jardin, le bonheur !
Nous avons quand même sur les conseille de notre hôtesse testé une auberge du coin et là encore un régal… Installé dans une très jolie maison typique entourée d’un beau jardin nous avons été accueillis par le truculent patron. Colosse généreux qui prends son temps avec les touristes et explique dans un français charmant sa cuisine, ses plats et produits. Nous avons pus manger des spécialités de la région, comme le fameux boeuf Chianina et la soupe campagnarde ribolitta. Les antipastis avec un assortiment de crostini étaient également à la hauteur, bref, nous nous sommes franchement régalés !

Crostini
Il Grillo Moro – strada dell’Aeroporto 1 | loc. Ampugnano, 53018 Sovicille

Enfin à Sienne, sur les conseils de suzetteontherock, nous avons choisi de déjeuner dans une petite Osteria pour laquelle elle m’avait mis l’eau à la bouche ! C’est une toute petite cantine dans laquelle en effet je ne serai peut-être pas entrée sans ses conseils !
Pas de chichis dans cette petite cantine mais produits frais et locaux ! Nous avons mangé pour une très belle assiette composée de charcuteries et salades variées et fraîches… un régal !

SIENNE
Osteria Grattacielo – via Pontani, 8, Siena

J’ai quand même eu le plaisir de cuisiner un peu, oeufs de poules locales et asperges vertes rôties au four pour notre brunch et forcément des pâtes avec une tonne de pecorino et des petites courgettes sautées…

TEST

L’Italie ne serait pas l’Italie sans les gelati et capuccino ! et nous n’avons pas oublié d’en profiter !

IMG_7920

Tu lis quoi en ce moment ?

Mots-clefs

, ,

Encore un billet lecture, et pourtant je passe du temps en cuisine ! Mais pas que… je bouquine et j’ai fait deux très bonnes pioches de suite !

IMG_6829 Ces instants-là, Herbjorg Wassmo J’adore l’univers tourmenté et aride de cet auteur. On est à chaque fois transporté dans une atmosphère un peu pesante. On se sait jamais vraiment si cela va mal tourner. Dans ce dernier livre on suit une jeune fille, tout au long des années. Une jeune fille toute pleine de peurs, d’angoisses. Elle a des rapports inquiétants avec son père, il y a beaucoup de non-dits. Elle a un amoureux et se retrouve très vite enceinte. Elle met au monde un petit garçon. Elle choisit malgré tout de partir étudier. Elle a besoin d’être loin même si elle en souffre. Elle se met à écrire… On la suit au jour le jour, on la voit grandir, s’affranchir, choisir et forcément souffrir. On la voit devenir un écrivain. C’est un livre fort, impudique. On a l’impression d’être vraiment dans l’intimité de cette femme, dans sa tête, dans son coeur… Le restaurant de l’amour retrouvé, Ito Ogawa Une épopée culinaire ! Et une perle… Un petit livre, plein de charme et de poésie. L’histoire d’une jeune femme cuisinière qui après une rupture brutale rentre dans son village natal chez sa mère. Le choc lui a coupé la voix, elle est incapable de parler. Lors de ce retour aux sources elle entreprend de monter un restaurant un peu particulier où elle propose à ses clients de cuisiner en fonction de leur goût et de leurs envies. Chaque menu est élaboré avec le plus grand soin, et répond aux aspirations et souhaits les plus secrets des convives. Avec finesse et sensibilité, on s’aperçoit que la nourriture peu remplir les estomacs mais aussi soigner, panser les plaies de l’âme. Chacun ressort apaisé, comblé… En retour, la jeune femme elle aussi soigne ses blessures, et reconstruit peu à peu un relationnel avec sa mère avec laquelle elle a toujours eu des relations conflictuelles. C’est intelligent et charmant !

La mousse au chocolat

Mots-clefs

, ,

C’est LA recette de la mousse au chocolat. Dans la famille depuis que je suis toute petite… Il faudrait que je retrouve la recette originale, toute tachée, recopiée sur un vague morceau de papier …

IMG_6274

Pour un beau petit saladier (6 personnes environ) : 250 g de chocolat noir de bonne qualité, 6 oeufs, 50 g de beurre demi-sel, 2 c. à soupe de cassonade.
Faire fondre le chocolat avec le beurre au bain-marie ou au micro-ondes. Ajouter les jaunes d’oeufs un à un et réserver les blancs dans un saladier. Bien mélanger entre chaque jaune d’oeuf. Ajouter le sucre.
Monter les blancs en neige bien ferme et incorporer délicatement au chocolat. Procéder progressivement en soulevant la pâte pour ne pas casser les blancs.
Transférer dans le saladier de service ou des ramequins et réfrigérer plusieurs heures. L’idéal est de la faire la veille.