Rillettes de lapin

Étiquettes

, , ,

Une recette délicieuse testée et approuvée il y a déjà un petit moment !
Assez légère, ces petites rillettes seront parfaites pour un pique-nique ou un buffet. Elles se préparent à l’avance, c’est franchement facile à faire et plutôt bon.
La recette est sur le site de Elle à table. Je n’y ai rien changé, c’était juste parfait avec les salicornes de ma région…

rillettes de lapin

Publicités

Lectures de printemps

Étiquettes

, ,

Petit partage de mes dernières lectures de printemps… Il est temps, la liste commence a s’étoffer ! Peut-être des idées pour les vacances, voici quelques volumes à glisser dans vos bagages…

IMG_8792

Bad girl – Nancy Huston
Un livre étrange… pas facile. La petite voix qui raconte l’histoire est celle d’une petite fille encore à l’étape de sa vie intra-utérine…
Toutes les questions se posent, avoir ou ne pas avoir été désiré ? Avoir une maman qui fait tout pour se débarrasser de cet encombrant fardeau… Et pourtant, tenir, vivre et forcément être une mauvaise fille. En parallèle, l’histoire des parents de ce bébé à venir. Leurs souhaits, leurs choix d’adultes. Le choix de vivre avec ou sans ces enfants, le choix de la carrière, la souffrance, les non-dits…
Cette histoire est l’histoire de l’auteur. On comprend avec justesse sa démarche et son évolution dans sa carrière d’écrivain. Les thèmes récurrents et aussi l’écho à certains romans.
Fragilité, déchirure… difficile de décrire tous les sentiments que m’ont inspiré ce livre. Je crois qu’il faudra d’ailleurs que je le relise, une seule lecture ne saurait être suffisante…

Mentir n’est pax trahir – Angela Huth
J’avoue avoir été en premier lieu attirée par ce titre qui laisse imaginer tout un programme ! J’ai adoré d’autres livres de cet auteur (Les filles de Hallows farm, et en particulier Souviens toi de Hallows farm…), j’étais donc curieuse de découvrir ce nouveau roman.
Le personnage principal, Gladwyn Suter, est un homme qui a réussi dans la vie et il a tout pour être heureux. Un travail lucratif, une femme amoureuse et un enfant. Ce bel équilibre est ébranlé par une rencontre de hasard avec une jeune femme qui fait une chute de bicyclette. Gladwyn est aussitôt sous le charme et se retrouve assez vite empêtré dans une double vie… C’est ciselé, bien souvent cruel, les situations s’enchaînent avec bonheur et le dénouement finalement plein de rebondissements.
J’ai beaucoup aimé cette fausse banalité, l’écriture simple mais précise. On lit comme on respire ! Cela m’a fait un peu penser à certains romans de Barbara Pym, autre auteur que j’aime également beaucoup.

Le manoir de Tyneford – Natasha Solomons
Elise est une jeune autrichienne juive qui vit à Vienne, pendant la montée du nazisme, dans un milieu aisé d’artistes et d’intellectuels. La vie devient de plus en plus difficile et ses parents font en sorte qu’elle se fasse embaucher comme femme de chambre dans un petit château anglais.
La jeune femme est effondrée à l’idée d’être loin de sa famille. Elle qui a été gâtée et choyée depuis toujours par son entourage, elle se retrouve confrontée à la difficile vie de domestique…
Mais la vie en Angleterre lui réserve bien des surprises et en suivant ses aventures on passe un très agréable moment. Ce livre avait était conseillé par Zimbo, il m’a fait passer un très bon moment. Une histoire romanesque so british !

L’arrière-saison – Philippe Besson
J’étais plutôt emballée par l’idée de ce livre qui raconte l’histoire des personnages du célèbre tableau de Hopper Nighthawks.
En fait j’ai été déçue. Même déception que les adaptations cinématographiques des bons livres que j’ai aimé… Ce tableau je l’aime beaucoup, j’ai même une reproduction sur les murs de notre chambre. L’histoire de ces personnages je l’ai dans la tête, pas précisément mais j’ai l’impression de la ressentir et l’histoire que m’a raconté l’auteur n’est pas la mienne. Par ailleurs, j’ai trouvé des détails complètement à côté d ela plaque, que viennent faire les téléphones portables dans cette histoire ? bref, je suis restée sur ma faim, mais mon envie de découvrir Cap Cod est intact !

IMG_8794

 

La trilogie des Neshov – Anne B. RAGDE
La terre des mensonges, La ferme des Neshov, L’héritage impossible
Le premier chapitre de cette trilogie m’a complètement scotché. C’est noir, c’est glauque taillé au scalpel mais cela accroche !
On a l’impression d’être dans une série suédoise ou danoise, les images viennent très vite presque une ambiance de polar dans une saga familiale. Les chapitres s’enchainent, chacune avec la vie d’une des personnages de la famille Neshov. Les trois frères et les secrets de famille, la fille de l’un d’eux. Leur vie est extrêmement différente mais leur histoire les rassembles. C’est très grinçant et acide mais souvent drôle… Le rythme fonctionne bien et l’histoire pleine de rebondissement.
J’ai juste été un peu désappointée par la fin… Mais je ne vais pas la vous raconter !
Ce livre a été conseillé sur le fil Instagram de Marie « Sous la Glycine« , et je vous les conseil à mon tour, parfait pour les vacances…

Quelques jours en Toscane

Étiquettes

, , , ,

La Toscane m’a toujours fait rêver et je suis heureuse d’avoir eu la chance de la découvrir au printemps. La campagne est verdoyante, les colzas, les lilas et les glycines épanouies ! Les palettes de couleurs sont exceptionnelles !
Nous avons adoré, flâner dans les petits villages, l’accueil est presque toujours cordial dans les boutiques, les restaurants et nous avons pleinement profité de la douceur de vivre…
J’adore la cuisine italienne et j’avoue avoir été comblée lors de notre petit séjour. Nous avons dégusté des choses variées et très savoureuses dans des petits restaurants sans prétention, pour un prix correct et un accueil toujours au top !

Voilà quelques bonnes adresses que j’ai envie de partager…

Première soirée à Pise et avec le voyage nous étions un peu fatigués. Nous n’avons pas cherché compliqué et trouvé une adresse de pizzeria qui avait l’air plutôt plébiscitée.
L’endroit est plutôt classique (un peu cantine de quartier) et si vous cherchez de la déco moderne, passez votre chemin. En revanche, ambiance locale et bon enfant et un repas au top avec des antipastis généreux et des pizzas excellentes…

Pise Pise1

Pizzeria Martino – Piazza del Crocifisso, 4 – Pisa

Arezzo

Deuxième nuit à Arezzo. Ambiance très festive sur la grande place où se tenait une manifestation autour du terroir de la région. Après avoir bavé devant les stands de grillades et divers produits locaux, la musique tonitruante nous a fait reculer vers des rues plus clames. Nous avons choisi un peu au hasard une petite Osteria qui semblait sympathique ! Quel régal !
Antipasti de courgettes à la roquette et truffe blanche, pavé de boeuf juste parfait aux truffes aussi s’il vous plaît, pâtes au safran… Bref, une cuisine fraîche et très agréable !

Arezzo1

Osteria Il Grottino – Via Madona del Prato 1, Arezzo

Pour la fin de notre séjour, j’ai réservé une maison dans la campagne siennoise. Idéalement située dans un cadre enchanteur, nous avons pu profiter de déjeuner et apéros au jardin, le bonheur !
Nous avons quand même sur les conseille de notre hôtesse testé une auberge du coin et là encore un régal… Installé dans une très jolie maison typique entourée d’un beau jardin nous avons été accueillis par le truculent patron. Colosse généreux qui prends son temps avec les touristes et explique dans un français charmant sa cuisine, ses plats et produits. Nous avons pus manger des spécialités de la région, comme le fameux boeuf Chianina et la soupe campagnarde ribolitta. Les antipastis avec un assortiment de crostini étaient également à la hauteur, bref, nous nous sommes franchement régalés !

Crostini
Il Grillo Moro – strada dell’Aeroporto 1 | loc. Ampugnano, 53018 Sovicille

Enfin à Sienne, sur les conseils de suzetteontherock, nous avons choisi de déjeuner dans une petite Osteria pour laquelle elle m’avait mis l’eau à la bouche ! C’est une toute petite cantine dans laquelle en effet je ne serai peut-être pas entrée sans ses conseils !
Pas de chichis dans cette petite cantine mais produits frais et locaux ! Nous avons mangé pour une très belle assiette composée de charcuteries et salades variées et fraîches… un régal !

SIENNE
Osteria Grattacielo – via Pontani, 8, Siena

J’ai quand même eu le plaisir de cuisiner un peu, oeufs de poules locales et asperges vertes rôties au four pour notre brunch et forcément des pâtes avec une tonne de pecorino et des petites courgettes sautées…

TEST

L’Italie ne serait pas l’Italie sans les gelati et capuccino ! et nous n’avons pas oublié d’en profiter !

IMG_7920

Tu lis quoi en ce moment ?

Étiquettes

, ,

Encore un billet lecture, et pourtant je passe du temps en cuisine ! Mais pas que… je bouquine et j’ai fait deux très bonnes pioches de suite !

IMG_6829 Ces instants-là, Herbjorg Wassmo J’adore l’univers tourmenté et aride de cet auteur. On est à chaque fois transporté dans une atmosphère un peu pesante. On se sait jamais vraiment si cela va mal tourner. Dans ce dernier livre on suit une jeune fille, tout au long des années. Une jeune fille toute pleine de peurs, d’angoisses. Elle a des rapports inquiétants avec son père, il y a beaucoup de non-dits. Elle a un amoureux et se retrouve très vite enceinte. Elle met au monde un petit garçon. Elle choisit malgré tout de partir étudier. Elle a besoin d’être loin même si elle en souffre. Elle se met à écrire… On la suit au jour le jour, on la voit grandir, s’affranchir, choisir et forcément souffrir. On la voit devenir un écrivain. C’est un livre fort, impudique. On a l’impression d’être vraiment dans l’intimité de cette femme, dans sa tête, dans son coeur… Le restaurant de l’amour retrouvé, Ito Ogawa Une épopée culinaire ! Et une perle… Un petit livre, plein de charme et de poésie. L’histoire d’une jeune femme cuisinière qui après une rupture brutale rentre dans son village natal chez sa mère. Le choc lui a coupé la voix, elle est incapable de parler. Lors de ce retour aux sources elle entreprend de monter un restaurant un peu particulier où elle propose à ses clients de cuisiner en fonction de leur goût et de leurs envies. Chaque menu est élaboré avec le plus grand soin, et répond aux aspirations et souhaits les plus secrets des convives. Avec finesse et sensibilité, on s’aperçoit que la nourriture peu remplir les estomacs mais aussi soigner, panser les plaies de l’âme. Chacun ressort apaisé, comblé… En retour, la jeune femme elle aussi soigne ses blessures, et reconstruit peu à peu un relationnel avec sa mère avec laquelle elle a toujours eu des relations conflictuelles. C’est intelligent et charmant !

La mousse au chocolat

Étiquettes

, ,

C’est LA recette de la mousse au chocolat. Dans la famille depuis que je suis toute petite… Il faudrait que je retrouve la recette originale, toute tachée, recopiée sur un vague morceau de papier …

IMG_6274

Pour un beau petit saladier (6 personnes environ) : 250 g de chocolat noir de bonne qualité, 6 oeufs, 50 g de beurre demi-sel, 2 c. à soupe de cassonade.
Faire fondre le chocolat avec le beurre au bain-marie ou au micro-ondes. Ajouter les jaunes d’oeufs un à un et réserver les blancs dans un saladier. Bien mélanger entre chaque jaune d’oeuf. Ajouter le sucre.
Monter les blancs en neige bien ferme et incorporer délicatement au chocolat. Procéder progressivement en soulevant la pâte pour ne pas casser les blancs.
Transférer dans le saladier de service ou des ramequins et réfrigérer plusieurs heures. L’idéal est de la faire la veille.

Lectures du moment

Étiquettes

, , , , ,

Oh la la !
Lectures du moment ou plutôt de l’année dernière … Je me rends compte que mon dernier billet livres date du 28 septembre…
J’ai pourtant lu quelques bouquins et même un pavé qui m’a occupé un bon moment. J’ai aussi fait des tentatives sur lesquelles je ne vais pas m’appesantir … certains me sont tombé des mains !
J’ai pris l’habitude de faire des petits résumés car ma mémoire me joue trop souvent des tours… Je n’ai nullement la prétention de m’essayer à la critique littéraire, juste quelques notes que j’ai envie de partager sur le plaisir (ou pas) que que j’ai trouvé à la lecture de certains bouquins…

IMG_6095

Le club des incorrigibles optimistes
Jean-Michel Guenassia

C’est un très bon livre ! Bien écrit, un classique « à l’ancienne » qui me fait penser aux livres dont je me délectait à l’adolescence.
Une sorte de fresque sociologique traitée à la manière d’une autobiographie romancée et très documentée sur le Paris des années 60. Un peu de romance, un peu de saga familiale, un peu de politique et d’histoire (guerre d’Algérie, frémissement des changements dans la jeunesse et mai 68 …). En parallèle se tisse d’autres histoires, celle des réfugiés politiques du bloc de l’Est qui ont fui leur pays pour des raisons très variées…
Bref, c’est un sacré pavé d’environ 600 pages et c’est looooong ! On ne s’ennuie pas pourtant mais c’est quand même long… Je n’ai pas été sous le charme ni du style ni de l’histoire mais je l’ai quand même lu en entier car c’est bien fait. Même si je ne suis pas très enthousiaste je pense que c’est un livre qui peut vraiment plaire, question de genre ! Il a d’ailleurs reçu le prix Goncourt des lycéens…

L’homme de la montagne

Joyce Maynard

Une atmosphère étrange et pesante comme toujours dans les livre de Joyce Maynard. On ne sait jamais au fil des pages si on ne va pas basculer dans l’horreur (et souvent d’ailleurs on y bascule).
Pas franchement un polar mais l’histoire est quand même centrée autour d’une enquête policière, qui disparait souvent à l’arrière plan pour faire place à l’histoire de l’histoire en quelque sorte, celle des différents personnages. Un père, flic et séducteur qui s’use sur ces crimes à répétition ; ses filles, un duo qui fait bloc et qui vivent livrées à elles-mêmes au côté de leur mère totalement absente.
Il se dévore très vite, j’ai beaucoup aimé cette ambiance.  J’aime décidément beaucoup cet écrivain !

Un monde flamboyant
Siri Hustvedt

J’avais très envie de lire ce livre, j’ai adoré tous les livres de Siri Husdvet…
La 4e de couverture est très prometteuse et je l’ai donc commencé avec délectation.
En gros, c’est l’histoire d’une femme, peintre, artiste. Une grande intellectuelle, qui est marié à un riche marchand de tableaux. Elle est aussi la mère de deux enfants. Une mère aimante, une femme souvent trompée par un mari riche et à forte personnalité. Elle vit dans l’aisance voire le luxe… Elle découvre peu à peu dans son cheminement artistique que son travail est moins apprécié parce qu’elle est une femme et pause la question de la place des femmes dans le monde de l’art… Elle décide d’exposer des oeuvres avec des prêtes-noms masculins. Un premier très jeune, puis un deuxième. La relation est ambivalente entre cette femme et ces hommes et très complexe…
La narration aussi est complexe. C’est écrit à la manière d’un travail de recherche. Avec le point de vue de différents personnages (ses enfants, des amis, d’autres artistes, le narrateur…) c’est aussi mêlé d’articles et d’extraits des journaux intimes.
J’ai calé à 250 pages. Les références culturelles, artistiques, psychanalytiques, philosophiques sont légions. Très franchement je ne me suis pas sentie au niveau pour lire ce livre. C’est la première fois que cela m’arrive et ce n’est pas une sensation très agréable, mais il faut se rendre à l’évidence… Je n’ai pas pu continuer…

Cherchez la femme
Alice Ferney

Sur le papier, tout était réuni pour que j’apprécie ce livre. Une saga familiale qui court sur deux générations, des histoires de couples, d’hommes, de femmes, de parents… C’est quoi une rencontre ? Pourquoi à un moment donné deux personnes choisissent de faire un morceau de route ensemble et pourquoi aussi choisir d’arrêter ? L’histoire intime façonne chaque personnage et fait ce qu’ils sont, guident leurs choix…
Tout ceci est décrit dans ce livre et par le menu puisque c’est un pavé de plus de 600 pages. Pour autant, j’ai un peu « glissé » sur les personnages. Je n’ai pas réussi à m’y attacher, peut-être sont-ils un peu caricaturaux ? Bref, je suis venue à bout du livre (un peu laborieusement je l’avoue) avec un soupir de soulagement ! Chouette j’allais pouvoir passer à autre chose…

Salade d’hiver

Étiquettes

, , , , ,

Pour une personne : 2 poignées de salade mélangée, 1 poignée de choux de Bruxelles lavés et épluchés, 3 c. à soupe de quinoa cuit, 1 petit avocat, quelques tranches de betterave rose, ciboulette, menthe et coriandre.
Pour la sauce : sauce soja, citron, et huile de sésame et gomasio.
Déposer la salade dans le fond du bol. Émincer très finement les choux de Bruxelles (jeter les parties dures). Mélanger avec le quinoa et ajouter sur la salade. Couper l’avocat en tranches fines et l’ajouter, décorer avec quelques rondelles de betteraves. Parsemer d’herbes fraîches ciselées et de gomasio.
Arroser de jus de citron, de sauce soja et ajouter 1 à 2 cuillères à café d’huile de sésame. Service aussitôt …

20150213-135233.jpg

Le joli cake de Noël

Étiquettes

, , , , ,

Quoi de meilleur qu’un cake avec un bon thé chaud un dimanche pluvieux au coeur de l’hiver ? J’imagine tout de suite la grande salle dans la maison de mon enfance, le feu dans la cheminée, le poêle qui ronfle, le chat sur le vieux canapé…
Cette recette a déjà été publiée sur mes blogs précédents mais je veux la garder ici, sous la main… C’est une excellente base et selon l’envie, la saison ou tout simplement ce que vous avez dans votre placard, les variantes sont infinies.
Parfois je le fais entièrement avec des fruits secs et d’autres fois, je mélange également avec des fruits frais. Pour ma part, j’aime en particulier le mélange pommes et cranberries mais je vous engage aussi à essayer celui aux 2 figues à la fin de l’été (fraiches et sèches).

En général je n’achète pas de fruits confits sauf si j’en trouve de bonnes qualité. Je préfère utiliser les fruits secs que je trouve dans ma coop bio (raisins, cranberries, abricots, poires, mirabelles, figues…), la variété est impressionnante et je ne suis jamais déçue par leur goût.
Dans le même ordre d’idée, je préfère utiliser dans ce genre de gâteau du sucre roux (acheté en vrac) ou même du muscovado qui donnera une belle couleur dorée à votre pâte…

CakeLes ingrédients : 125 g de beurre demi sel (mou), 100 g de sucre roux, 3 oeufs bio, 210 g de farine, 1 sachet de levure, 125 g de raisins secs et 125 g de fruits secs variés, 1 sachet de thé (facultatif).

Préchauffer le four thermostat 6 (180°).
1 – Réunir les fruits secs dans un petit saladier (couper en petits dés les fruits les plus gros) et verser à hauteur de l’eau bien chaude. Ajouter si vous aimez un sachet de thé (earl grey, c’est bien !). Laisser tremper une quinzaine de minutes.
2 – Dans un saladier fouetter énergiquement le beurre avec le sucre. Le mélange doit être homogène et bien aéré.
3 – Ajouter les oeufs un à un. Bien mélanger entre chaque oeuf.
4 – Ajouter la farine tamisée et le sachet de levure. La pâte doit être assez épaisse.
5 – Egoutter les fruits et les éponger dans du papier absorbant. Ajouter les fruits à la pâte et bien mélanger.
6 – Beurrer un moule à cake et verser la pâte dedans. Enfourner pour 45 minutes environ. La lame d’un couteau planté dedans doit ressortir sèche. prolonger éventuellement la cuisson en baissant légèrement la chaleur du four.

Ce gâteau se garde bien quelques jours emballé dans un film alimentaire.
Il sera plus facile à trancher le lendemain que le jour même…

cake1.JPG

Une autre année…

Étiquettes

Voici venu le temps des voeux. Le début d’année est toujours propice aux rétrospectives et aux projets. Pas de bonnes résolutions en ce qui me concerne, mais une furieuse envie de découverte et de voyages…
Je souhaite à tous le meilleur pour 2015. J’espère que cette année sera riche d’échanges, de partages et de découvertes. J’espère que nous saurons profiter des petits moments et des jolies choses. Tous mes voeux…

VOEUX

Les meilleurs burgers maison

Étiquettes

, , , , , , ,

Rien de meilleur que des burgers maison ! et bien qu’on commence à en trouver de très bons dans certains restaus cela reste un must de les faire soi-même !
Il faut impérativement soigner sa liste de course et acheter un bon steak haché chez le boucher, du bon fromage (pas d’infâmes trucs fondus en tranches) et sans oublier du bon pain (oubliez le pain en sachet s’il vous plait !!!!).

Pour ma part, je ne fais pas les pains (on dit buns) car mon super boulanger Cozic en fait de très bons mais c’est essentiel de trouver de bons buns et il y a de plus en plus de boulangers qui en proposent. Si vous êtes très courageux, on trouve beaucoup de recettes de buns sur internet.

La dernière fois qu’on s’est fait une soirée burger, j’ai improvisé un petit mélange super bon que je partage ici car franchement je n’avais jamais rien mangé de meilleur !
Ce n’est pas excessivement long à préparer mais il faut être organisé car le montage doit être rapide. Eventuellement à deux pour le final et surtout le service si vous êtes nombreux.
Mon texte est long car j’ai bien détaillé chaque étape et astuces mais certaines sont rapides et surtout beaucoup de choses peuvent se préparer à l’avance. Seul la cuisson de la viande et le montage devront se faire au dernier moment.
IMG_5130

Burgers au morbier et à la fondue d’oignons

Pour 3 personnes : 3 buns, 3 steaks hachés de 120 g environ, 1 morceau de morbier fermier, 4 à 6 oignons rouges, coriandre fraîche, vinaigre balsamique.
Pour la sauce : 1 jaune d’oeuf, 1 c. à soupe de moutarde, huile de tournesol neutre, 1 c. à soupe de ketchup et du piment d’Espelette.
Pour accompagner : 3 pommes de terre moyenne (type charlotte) par personne et une salade verte.

Commencer par la fondue d’oignons : Eplucher et émincer finement les oignons. Les faire fondre dans une poêle avec une noix de beurre et un filet d’huile d’olive. Quand ils commencent à colorer, arroser avec une cuillère de vinaigra balsamique, saler et poivrer. Si vous aimez vous pouvez ajouter un peu de sirop d’érable. Laisser compoter à feu doux en remuant de temps en temps pour avoir un confit bien caramélisé. Réserver quand cela vous convient.

Préchauffer le four th. 6 (180°). Eplucher les pommes de terre, les laver, et les couper en grosses frites. Les éponger soigneusement dans un torchon propre. Transférer les pommes de terre dans un grand sac congélation, saler, poivrer et ajouter 1/2 c. à café de paprika et 2 c. à café d’huile d’olive. Fermer le sac et le secouer dans tous les sens pour que le mélange d’épice et d’huile soit réparti uniformément.
Tapisser la plaque du four de papier sulfurisé et répartir les pommes de terre dessus bien étalées.
Enfourner pour environ 25 minutes.

Préparer la salade, les herbes fraiches. Couper le fromage en tranches généreuses.
Préparer la sauce. Dans un petit bol, mélanger le jaune d’oeuf et la moutarde. Monter la sauce comme pour une mayonnaise avec l’huile de tournesol. Assaisonner avec sel, poivre et piment. Ajouter le ketchup et une poignée de coriandre ciselée.

IMG_5123Quand les pommes de terre sont presque prêtes.
Couper les buns en deux ou en trois. Personnellement, j’enlève une tranche de pain au milieu de chaque bun de manière à ne pas avoir un pain trop gros et faire un burger énorme qu’on a du mal à terminer… pour les gourmands, couper juste le pain en deux !
Sur une plaque de four déposer les moitiés de pain mie vers le haut et enfourner avec la position grill.
Laisser chauffer 1 ou 2 minutes (attention à surveiller !) et pendant ce temps cuire les steaks hachés selon votre préférence.
Sortir le pain du four avant qu’il soit grillé et sur la partie basse du pain répartir une belle cuillère de confit d’oignon (tiède, passez-le au micro-ondes 1 minute si besoin), couvrir avec la viande, ajouter des feuilles de coriandre, puis des tranches fromage. Eteindre le four et remettre le tout dedans en réservant les chapeaux.
IMG_5124

Pendant que le fromage fond tranquillement, répartir les pommes de terre et la salade dans les assiettes, tartiner les chapeaux avec la sauce, sortir les burgers, les coiffer avec les chapeaux et servir aussitôt.

A table, et régalez-vous.
Nous avons dégusté avec une côte roannaise qui franchement était au top avec !